UET Lumière 2015 – références

Soleil et ciel couvert : matériaux de création en architecture

Matériaux de création souvent bénéfiques au projet, mais parfois difficile à maîtriser, la lumière naturelle est très variable en architecture. Comment interagir avec la lumière diffuse de la voûte céleste ? Comment maîtriser les ambiances créées par les rayons du soleil ? Pourquoi appréhender leurs variations naturelles de manière sensible pour composer des atmosphères changeantes et confortables ?

Différents dispositifs de protection passive colonisent les nouvelles constructions : sont-ils performants ? Portés par l’essor des certifications environnementales, le solaire actif s’adapte mieux aux variations saisonnières. Pour autant, l’intégration esthétique et économique de ces technologies reste souvent délicate. Découvrez des réalisations innovantes en lumière naturelle, entre contrainte bioclimatique et matériau de création.

Virginie Nicolas

Ingénieur de formation, formée à l’Ecole d’Art de Belfort, Virginie Nicolas est conceptrice lumière. C’est dans la production d’œuvres d’art pour l’évènement « Nuit Blanche » à Paris qu’elle débute. Depuis 2005, elle travaille au sein de l’agence Concepto avec une vingtaine de projets de mise en lumière architecturale, d’espaces urbains et d’espaces verts à son actif. S’intéressant plus particulièrement à la lumière du jour et à l’éclairage muséographique, elle collabore régulièrement avec des artistes contemporains et compose les scénographies lumière du Palais des Beaux-Arts de Paris depuis 2013.

Evolution de la représentation à travers le cinéma et la lumière urbaine

A priori, la fabrication d’une image de cinéma et d’images architecturales s’appréhende très différemment.

De nos jours, la rue s’ouvre à la scène et à l’image animée. Le cinéma n’est plus trop la « camera obscura » mais plutôt un écran ouvert, une image numérique virtuelle.

Avec la projection d’images, les média façades et autres approches conceptuelles, la nuit urbaine devient l’objet de représentations nouvelles. La révolution technologique fascine et provoque des scénographies où la limite entre l’éphémère et le pérenne s’estompe.

Nous proposons d’appréhender les évolutions respectives de ces medias dans le but d’en faire émerger des idées, des débats et pourquoi pas des perspectives novatrices.

Marc Dumas

Diplômé de l’École Louis Lumière, Marc Dumas fut cameraman et directeur de la photo dans le cinéma durant une vingtaine d’années. Ce parcours l’amène à concevoir des mises en lumière où la composition des ombres et des lumières, la précision des faisceaux servent la perception d’images nocturnes.

En 1996, il créé son agence de concepteur lumière. Il travaille en partenariat avec architectes, designers, paysagistes, scénographes et muséographes sur des mises en lumières d’espaces urbains, architecturaux intérieurs et extérieurs, d’exposition ou de musées.

Depuis 2013, il est président de l’Association des Concepteurs Lumière et Eclairagistes – ACE – en France. En même temps de l’Année internationale de la Lumière, elle va fêter ces 20 ans !

Lumière, matériel et immatériel dans l’art et l’architecture

Passeur de lumière selon ses propres mots, Éric Michel propose une rencontre entre l’art et l’architecture. Entre espace et lumière, il joue des matières et des transparences, des volumes et des sensations. Ses installations prennent en compte le contexte comme point de départ. Porteuses de sens pour le visiteur ou les citoyens, elles s’inscrivent dans un lieu de vie, jouent sur la frontière entre le matériel et l’immatériel.

Son travail sur la lumière, en particulier ses tableaux saturés de pigments purs, ses vidéos et ses installations fluorescentes, sont souvent en relation avec l’espace et l’architecture. Ses recherches s’inscrivent essentiellement dans la tradition d’une quête de l’immatériel, dans la lignée d’Yves Klein, James Turrell et Dan Flavin.

La conférence d’Eric Michel abordera plusieurs thèmes : le lien ontologique lumière-matière, l’allégorie de la Caverne de Platon, la lumière et la perception comme medium, les notions d’immersion et d’aura. A travers des exemples de réalisations de l’artiste, la lumière et l’architecture seront également présentées sous l’angle dialectique matériel/immatériel et intérieur/extérieur.

Eric Michel

Artiste lumière né à Aix-en-Provence en 1962. Après avoir longuement séjourné à Tokyo et à Rome, il vit aujourd’hui à Paris. Voici une sélection des oeuvres permanentes dans les espaces publics et privés :

  • Fluo Red, installation lumineuse pour le nouveau siège de Free à Paris
  • Fluo Blue, façade du Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain de Nice

Les Moulins de Lumière, sur le site des Grands Moulins de Pantin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>